• Accueil
  • > Non classé
  • > 26) ENCORE UNE DRÔLE DE JUSTICE AVEC Mme BLIN-DUMOUCHEL, JUGE POUR ENFANTS.

25 juin, 2009

26) ENCORE UNE DRÔLE DE JUSTICE AVEC Mme BLIN-DUMOUCHEL, JUGE POUR ENFANTS.

Classé dans : Non classé — laprotectiondelenfance @ 21:10

26) ENCORE UNE DRÔLE DE JUSTICE AVEC Mme BLIN-DUMOUCHEL, JUGE POUR ENFANTS.1U4r3Un ancien magistrat  au tribunal de grande instance de Paris aurait déclaré: << La plupart des magistrats qui sortent de l’ENM aujourd’hui (Ecole Nationale de la Magistrature)  n’auraient pas été pris à la Poste dans les années 70 >> .

Mme Blin-Dumouchel figurant en 217 ème place sur 275, ceci explique peut-être le fiasco judiciaire dont a été victime ma fille.

A propos de l’enlèvement en bateau et de la phrase Je vous remercie de bien vouloir supprimer les droits de visite et d’hébergement de Monsieur ,l’intérêt suprême de ma fille semblait s’articuler en fonction de petits. . .  copinages Maître Creton avocate de la maman et la juge pour enfants, Mme Blin-Dumouchel.     

De toute évidence le traitement du père n’est pas identique à celui de Maître Creton. Pour l’audience du 10 février 2009, Maître Creton demande à Mme Blin-Dumouchel, la copie des rapports des mythographes en date du 29 janvier, les rapports lui seront adressés, le 4 février.       J’ai fait une demande identique le 23 janvier soit six jours plus tôt et c’est le 6 février soit deux jours plus tard que l’autorisation de consulter m’est accordée ( consultation le 6 février pour l’audience du 10 ( Le contradictoire s’annonçait déjà mal ). 

Mais la différence de traitement ne s’arrêtait pas là.      Le 6 février, je suis donc allé consulter (lire) le dossier et là, “cerise sur la gâteau”, un vigile qui doit effectuer habituellement les contrôles de sécurité à l’entrée du tribunal avait été détaché de son poste pour assister à ma consultation du dossier. Lorsque j’ai voulu prendre quelques notes, il est intervenu en déclarant :  « Non Monsieur, il est interdit de recopier quoi que ce soit »           J’ai demandé l’intervention de la greffière (c’est… amusant), deux greffières sont arrivées et elles ont confirmé. ( La loi prévoit effectivement cette possibilité mais elle ne s’applique qu’aux « lourds secrets de famille qui pourraient avoir des répercussions graves vis à vis de l’enfant ».            Dans le cas présent cette spécificité de la loi a été détournée pour que le père n’ait aucun moyen de se défendre et faire, purement et simplement, obstacle au respect du contradictoire.         

Le 10 février, j’avais prévu de rester dans le couloir du Tribunal et surtout de ne pas assister à la nouvelle parodie de justice qui s’annonçait.        ( Pour mémoire précédentes parodies : 6 septembre 2007, 28 février 2008, 24 juin 2008, 9 juillet 2008, 6 août 2008, 19 août 2008) Finalement, j’ai accepté l’audience en rappelant les incidents lors de la consultation du dossier. Réponse de Madame Blin-Dumouchel :« C’est pareil pour tout le monde » ( C’est totalement faux).         A noter, un petit détail « croustillant » : A l’issue de l’audience, en ressortant du cabinet du juge (qui fait office de salle d’audience), j’ai pu remarqué dans la pénombre de la salle attenante la présence du vigile (celui qui assistait à ma consultation du dossier ). Mme Blin-Dumouchel avait prévu, en arrière garde, un vigile pour assurer le bon déroulement de sa parodie de justice.         Au début de l’audience, j’ai bien précisé que j’acceptais les débats à condition que trois pièces me soit confiées afin de pouvoir en débattre. Ma demande avait été acceptée pour qu’il y ait “audience” mais … une seule pièce m’a été communiquée.  J’ai démontré, très rapidement, que l’ examen psychiatrique de la maman méritait d’être « encadré ».      Le respect de la vie privée de la maman m’interdit de dévoiler ici certains détails sauf à préciser un point qui me concerne. Il était écrit : « Je suis séparée du père de ma fille depuis deux ans celui ci est militaire ». Sachant que je n’ai jamais rien eu à voir avec le métier de militaire, j’en ai profité pour exprimer que selon moi le rapport d’expertise psychiatrique était de toute évidence une expertise de complaisance, une belle supercherie encore. Et comme si cela ne suffisait pas, explication de la maman: « Je me suis trompée, il y a beaucoup de militaires à Etain ».        

L’expertise psychiatrique…fleurait, bon, la complaisance.      Un autre exemple: Le rapport d’expertise psychiatrique commençait par un rappel de toutes les décisions de justice depuis que ma fille était sous “protection” (soit sur 18 mois). L’expert psychiatre avait eu avec son « mandat » son chemin tout tracé vis à vis de son « mandant » , en dehors d’une réelle neutralité. ( Pour être encore « mandaté »  par la suite il est judicieux d’aller dans le sens des décisions précédentes du « mandant » )  

Un mois plus tard, j’écrivais à la psychiatre pour lui demander de bien vouloir “m’éclairer”, en lui signalant, entre autres, que je venais de faire l’objet de la troisième plainte pour abus sexuel et que ma fille qui n’avait pas encore 4 ans venait de subir son deuxième examen gynécologique.     Bien sûr, l’expert psychiatre  « mandaté » ne m’a jamais donné la moindre réponse.  

L’expert qui a contribué à l’emprisonnement de quinze personnes au procès d’Outreau s’est expliqué, lui (enregistré à son insu ) : « Vous savez. quand on est payé au tarif d’une femme de ménage … » .      

La demande d’un examen psychiatrique me concernant était encore un moyen vicié permettant de justifier les 18 mois de maltraitances institutionnelles qui venaient de s’écouler.

J’ai effectué des démarches pour obtenir une expertise psychiatrique neutre, auprès d’un autre praticien, neutre, NEUTRE, mais mission impossible seul un « mandaté » accepte de le faire.     Par ailleurs, une expertise pschiatrique sans être « mandaté »  n’a pas la moindre valeur en justice. 

Retour à la liste des articles                                                       La suite au 25ème article

N.B. Les publicités ci-dessous sont indépendante de ma volonté.

2 réponses à “26) ENCORE UNE DRÔLE DE JUSTICE AVEC Mme BLIN-DUMOUCHEL, JUGE POUR ENFANTS.”

  1. Caligani Marie-Line dit :

    Je vais avoir affaire à Mme la dite Juge Blin-Dumouchel, risquant d’avoir du fil à retordre, quant au cas de mes filles et le mien. Je serais ravie d’entrer en contact avec vous. L’union faisant la force.

  2. Bam dit :

    Bonjour, j’ai été victime de cette juge il y a deux semaines. Elle a intentionnellement enlevé mon code postale pour que je ne sois pas convoqué. Mon avocat a demandé de refaire le contradictoire elle n’a même pas répondu. Pouvez vous me contacter pour avoir de plus amples explications sur cette juge toute puissante…..

Laisser un commentaire

Mariage Séb & Alex |
soizguigui |
ECOLE SAINT JOSEPH |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Bienvenue au milieu de mes ...
| Les Hémies nop terre
| La vie de Julie